Voldemort n'a pas encore dit son dernier mot
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand on a des dettes, on se débrouille pour survivre [Blood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hermione G. Jedusor
DARK LADY Ϟ Milady Corrompue
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 30
Localisation : Manoir des Lestrange

Feuille de personnage pour les Events
Barre de vie pour les Events:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Quand on a des dettes, on se débrouille pour survivre [Blood]   Sam 22 Oct - 17:33



Du travail  ?
Bloodwyn Macnair

Maintenant que les actions sont lancées, je devais encore voir des mercenaires habitués à travailler avec nous. Je néglige aucun détail et c'est pour ça que je dirige indirectement ce groupuscule que sont les fanatiques de mon mari. Tom m'a toujours dit comment je devais me comporter avec eux et personne n'y fait exception. Mais je devais me fournir en matériel et je savais où je devais me rendre. Je savais ce qui me restait à faire. Cela fait peut-être vingt ans que je n'ai pas mis les pieds à Londres mais je me souvenais de tous les détails. Posant ma plume, j'envoie mon hibou avant de me préparer à sortir. Ma longue chevelure foncée était détachée et je prends ma longue cape noire en main avant de me la passer autour du cou. L'attachant, je regarde le temps à l'extérieur et je remarque qu'il pleut. C'est parfait car cela va me permettre de mieux me cacher. Je n'allais pas n'importe où mais bel et bien à l'allée des Embrumes. C'est là-bas que je trouverais mon bonheur. Le temps de la potion polynectar est terminé et je pourrais bientôt me montrer au grand jour sous ma véritable identité. Encore dans le demeure, je prends ma baguette que je garde en main avant de mettre ma capuche et de sortir du manoir. Passant par le parvis, je me rends dans la cabane au fond du jardin qui est le seul lieu où je peux transplaner. Une fois dit, une fois fait.

Je me retrouve alors dans une allée encore plus dégueulasse qu'autre fois et je devais me rendre à un certain rendez-vous. Cependant, je devais encore aller passer commande. Me rendant à plusieurs magasin de l'allée, je prends mes commandes et que je paie en espèces. Depuis mon mariage avec Tom et mon héritage, je n'ai pas besoin de travailler pour vivre car nos richesses sont telles que même nos enfants auront de quoi vivre sans aller travailler si on fait attention à nos dépenses. Mais je surveille tout, y compris les dépenses car c'est aussi mon rôle de tout surveiller. Sortant du dernier magasin, je me rends alors au point de rendez-vous fixé afin de rencontrer un des mercenaires qui travaille pour la famille et qui est toujours grassement payé. La loyauté des mercenaires n'est jamais acquise, elle se paie. Mais si par malheur, un autre le paye plus cher alors il en est fini de nous. Ceux qui ont essayé de nous doubler ont été victime d'un accident fort fâcheux mais qui nous ôte une épine du pied. Passant la porte, je la referme derrière moi avant de baisser ma capuche sous des murmures. Mon assurance était frappante et je dégageais une aura oppressante et malsaine. C'est peut-être une conséquence de mon mariage et de mes années de vie commune auprès du Lord Noir. Bien que je n'aime pas venir dans ce genre d'endroit, le Lord à parlé alors j'obéis. Il souhaite que cela soit fait ainsi alors ce sera fait selon ses volontés. Je me mets à chercher du regard le contact que je devais voir... Des yeux du moins...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 47
Date d'inscription : 21/10/2016

MessageSujet: Re: Quand on a des dettes, on se débrouille pour survivre [Blood]   Sam 22 Oct - 20:06

Quand on a des dettes on se débrouille pour survivre
Bloodwyn & Hermione


Tic tac fait l'horloge. Un bruit horrible qui allait rendre chèvre la louve. Elle n'en peut plus t'attendre son compagnon. Il est en retard et elle ne supporte pas les retards. Surtout que leur client d'aujourd'hui était, comme il l'avait lui-même dit, important et dangereux. Elle tourne en rond de plus en plus énervée. Il a plutôt intérêt à avoir une bonne justification lorsqu'il reviendrait sinon elle l'étriperait.
La porte d'entrée s'ouvre sur un grognement. La louve se tourne s'étant déjà mis en position d'attaque au cas où. Elle répond au grognement par un autre grognement. C'est alors que Ronan apparaît dans l'embrasure de la porte ensanglantée. Elle fronce les sourcils comprenant que sa dernière mission c'était mal passé. Comme ci le moment s'y prête. Elle soupire encore plus énervé, elle déteste les contre temps.

-Il c’est passé quoi ?
-Un putain d’Aurors
-Et tu es revenu ici ? Tu veux notre mort ?
-Il ne m’a pas suivi, il n’a pas pu.
-Hum…
-Blood se sont mes affaires.
-Bien et pour ce soir ?
-Tu vas prendre la poudre de cheminette et t’y rendre seule. C’est la Lady qui viendra, tu l’a reconnaitra. Dépêche-toi, tu vas être en retard.


loodwyn le traite dans sa barbe, mais obéis. Elle n’a plus de temps à perdre. Avec le transplanage, elle aurait été à l’heure et propre. Elle soupire en rentrant elle se chargerait de son cas à ce sombre abruti. Elle attrape de la poudre de cheminette et indique l’endroit où elle désire aller. Le voyage fut exécrable comme d’habitude. Elle déteste les voyages avec la poudre de cheminette, mais c’était le seul qu’elle pouvait emprunter.
Une fois là-bas, elle s’épouste à peine et fonce à la recherche de sa cliente. Elle se faufile à travers les horribles personnages qui arpente l’allée des embrumes avec un certain dégout. La plupart de ces gens n’ont aucune classe, certainement pas la lady qu’elle recherche. Elle la cherche surveillant l’heure avec inquiétude. Elle ne veut pas perdre de l’argent parce que l’autre abruti n’était pas capable de se cacher des Aurors.
Son regard se pose alors sur une lady digne et prestigieuse. La mercenaire sourit. Elle fait en sorte d’entrer dans son champ de vision et lui fait un signe très discret de la suivre. Hors de question d’aller dans un lieu public pour une transaction avec ce client. Ronan lui a assez répéter, on ne traite pas avec un mangemortcomme on traitre avec un pigeon. Les mangemorts et en particulierles plus hauts placés sont loin d’être aussi abruti que leurs clients habituels.
Bloodwyn s’arrête dans un endroit calme et isolé. Là où personne ne viendra les interrompre. Elle s’épouste avant de se tourner vers la lady. La jeune mercenaire la regarde sans la moindre émotion cela ne sert à rien. Elle n’a pas besoin d’être fier, apeuré ou quoi que ce soit d’autre. Elle doit être froide, rapide et efficace. Voilà ce qu’est une mercenaire.


-Bonsoir,  vous avez l’argent ?


Bloodwyn ne veut rien savoir de la mission tant qu’elle n’est pas sure d’être payé la moitié avant. La mission s’annonce tout sauf sans danger et comme elle se retrouve seule c’est encore pire. Alors elle ne parlera de rien avant d’avoir vu l’argent, mais elle sait que ce n’est pas un problème. Elle n’a jamais eu de problème avec les mangemorts sur le point de l’argents. Pour ce qui est du reste, elle n’a pas assez de conscience pour se soucier de qui va souffrir par ses actes. Surement pour ça que le cher lord noir faisait autant appel à eux.




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermione G. Jedusor
DARK LADY Ϟ Milady Corrompue
avatar
Messages : 77
Date d'inscription : 02/10/2016
Age : 30
Localisation : Manoir des Lestrange

Feuille de personnage pour les Events
Barre de vie pour les Events:
95/100  (95/100)

MessageSujet: Re: Quand on a des dettes, on se débrouille pour survivre [Blood]   Lun 7 Nov - 17:41



Du travail ?
Bloodwyn Macnair

Des murmures... Encore des murmures. Ce ne sont pas avec des murmures qu'on peut changer la face du monde... Loin de là. Mais ces murmures me rappellent que je suis une bonne vivante même si j'ai du me cacher ses vingt dernières années. Que je ne regrette pas. Maintenant que l'un de mes fils avait le travail, je n'avais plus qu'à mettre en place le reste. Tout se déroule comme je l'avais prévu et j'aime lorsque tout se déroule sans accro. Debout, je regardais autour de moi avant de voir l'une des personnes que je devais voir. Tom m'en avait fait une description qui reste très fidèle à ce que je peux voir. Ayant bien vu le signe, je la laisse partir devant avant de lui emboîter le pas. Je savais très bien qui elle était et je dois avouer que la description faites par Tom est assez proche de la réalité. Je savais aussi qui elle était et nous savons comment garder nos mercenaires. Arrivant dans un coin calme, je finis par la rejoindre en silence. J'admets être toujours aussi discrète car même si j'ai des vêtements peu communs sur moi, il s'agit de bas de gamme et donc un tissu tout à fait adapté à ce genre de milieu. Ce fut la mercenaire qui ouvrit la bouche en premier et je penche la tête sur le coté. Les Jedusor savent bien payer lorsque le travail est bien fait mais pas n'importe comment. Ouvrant ma cape, je sors une bourse bien plus conséquente qu'à l'origine. Mais je ne suis pas du genre à tout donner comme ça, je dois avoir une assurance du travail bien fait. C'est comme ça que cela fonctionne. Après, c'est moi qui les dirige... Et je doute qu'ils puissent trouver du travail ailleurs avec des honoraires aussi généreux.

« Le double... »

J'allais lui tendre la bourse mais je la reprends à la dernière minute. Eh oui, c'est moi qui fixe les règles du jeu. C'est ainsi et pas autrement. Gardant la bourse en main, je regarde la mercenaire en face de moi. Tom m'a laissé des consignes bien précise alors je ne fais que les appliquer. Même si Gabriel a accéléré les choses, ce n'est pas une raison pour tout faire de travers. Loin de là. Mains gantées, je fixe la mercenaire avant de reprendre la parole. Non, je n'ai pas honte mais c'est ainsi que cela se déroule. Les plus riches manipulent les plus faibles mais dans mon cas, c'est avec très grande précaution... Les mercenaires ne sont loyaux qu'à ceux qui y mettent le prix. Le jour où les Jedusor auront perdu leur richesse alors les mercenaires pourraient aisément se retourner contre nous. Les payer plus peut donner un avantage le jour où cela peut arriver.

« - Une première partie de 25% maintenant et le reste après récupérable à l'endroit habituel... »

C'était les conditions habituelles de Tom et je ne faisais que les appliquer. Si la mercenaire en face de moi était habituée alors elle n'aurait aucun mal. Puis je lui tends la petite bourse que je tiens dans ma main gauche tout en rangeant la seconde plus conséquente. Cela lui permet de comprendre que je suis sérieuse et que je ne compte pas reculer face au tarif habituel... je suis même prête à la doubler... Je suis généreuse lorsqu'on travaille bien mais elle va devoir me prouver qu'elle mérite cette augmentation peu négligeable dans sa situation précaire.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand on a des dettes, on se débrouille pour survivre [Blood]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on a des dettes, on se débrouille pour survivre [Blood]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand évoluer évoli
» Le design est-il important?
» Quand il n'y a qu'à se baisser pour saisir moult richesses
» Raid du 4 mai 2015, Quand deux petites âmes se retrouvent pour survivre à la nuit.
» Je sais, quand il le faut, quitter la peau du lion pour prendre celle du renard.~Petite Lionne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voldemort's legacy :: En Dehors De Hogwarts :: Londres :: Le Chemin de Traverse :: L'Allée Des Embrumes-
Sauter vers: